Nous avons emprunté un livre à la bibliothèque que mon lardon et moi avons lu cet été. Pas de suspense, je vous le dis tout de suite : nous avons beaucoup aimé. Il s’agit du « Kidnapping à la confiture » publié aux éditions Sarbacane).

L’histoire : une bande de 3 enfants de 11 ans font une bêtise et bien entendu, se font prendre. En guise de punition, ils devront aller 6 samedis de suite s’occuper de personnes âgées dans un EHPAD. Bien entendu, ils ne sont pas au bout de leurs surprises car finalement, les « vieux » ne sont pas toujours ce qu’ils paraissent être …. Ou comment une punition peut se transformer en belle amitié et aventure.

Budget : 10.90 euros

  • Avantages :
  • Format : le livre n’est ni trop court, ni trop gros
  • Illustrations : au fil de l’histoire, on retrouve des dessins (plus ou moins grands, certains font même la page complète) qui viennent rythmer la narration et sont vraiment sympas
  • Personnages : ils sont attachants et chaque lecteur pourra un peu s’y retrouver entre celui dont la mère est gluante et ne veut pas le voir grandir, l’intello débraillé porteur de lunettes et celle qui est sourde mais un brin rebelle (ça c’est pour les enfants mais les adultes sont … gratinés aux aussi !)
  • Morale : tout au long du livre, on retrouve la notion de tolérance, d’entraide, de partage et d’amitié, quelque soit les différences qui peuvent exister
  • Humour : les situations et personnages sont tellement forts qu’on ne peut que rire de ce qui leur arrive
  • Pas d’apitoiement : même si le message de tolérance est là, cela ne tourne pas au pathos. Certes nos héros sont des enfants qui dès le départ partent mal (la narratrice est sourde, l’un de ses copains est myope et l’autre hyper angoissé au point de tomber dans les pommes) mais restent des enfants qui finalement passent au-delà et font des bêtises : dès le départ, ils vont couvrir de beurre l’intérieur de la maison d’un vieux monsieur qui justement en est phobique (j’aurai d’ailleurs appris en plus dans ce livre que cela s’appelle la butyrophobie). Si ça, c’est pas un poil méchant … et pourtant, ce sont des gentils qui vont eux aussi découvrir que les personnes âgées ne font pas que baver assises dans leur fauteuil
  • Ton : il est fin et les idées avancées sont faites intelligemment, avec une grande liberté. Tout est construit pour que l’enfant réfléchisse par lui-même et se fasse sa propre opinion sur des thèmes comme l’amitié, la vieillesse ou encore le handicap.
  • Vocabulaire : le récit est facile à lire, les mots simples et familiers mais sans tomber dans le vulgaire. Tout est fait pour que ce qui est dit leur parle. On est dans un livre accessible aux enfants dès 8 ans.
  • Police : les caractères de la police ne sont pas trop petits et il arrive que certains mots soient écrits en gras / gros afin de rendre encore une fois la lecture plus facile et dynamique
  • Inconvénients :
  • Aucun !

Conclusion :Un très bon livre que fiston a pris plaisir à lire, et moi aussi ! Même si en tant qu’adulte on se rend compte que les situations et traits sont forcés, l’humour est là, les personnages attachants et attendrissants et surtout, un beau message de tolérance est diffusé. Car finalement, que l’on soit jeune ou vieux, myope, sourd, empoté, angoissé ou encore sans mémoire, le plus important c’est faire preuve d’ouverture, de solidarité, d’empathie et d’acceptation. C’est un livre autour duquel nous avons pris plaisir à échanger (et toi, tu aurais fait ça ? tu penses qu’ils ont eu raison de faire telle chose ? toi aussi tu pourrais être amis avec une personne comme cela ? …).

En plus, on rit beaucoup, les situations sont cocasses et on se laisse prendre par le récit bien punchy. Je trouve que son ton fin mais décalé, son récit déjanté, ses personnages hauts en couleur et sa facilité à être lu en font un livre que je recommande chaudement.

Notre note : 4.7 / 5

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :